Skip to content

Plateforme de participation citoyenne

Quel accompagnement pour donner la meilleure chance aux enfants placés de s’en sortir ?

Plus de 2000 enfants sont placés sous la protection du Département, dans 80% des cas sur décision judiciaire.  Jamais le Département n’a eu autant d’enfants placés sous sa protection. 

Pour faire face, le Département a dû recruter des dizaines de familles d’accueil supplémentaires, reconstruire le foyer départemental des ados à Evreux, trouver des solutions innovantes pour plus de 400 Mineurs Non Accompagnés et mettre en place un suivi éducatif pour aider les parents en difficultés éducative avec leurs enfants. 

Il faut aussi sur ce sujet sensible, couper court aux fake-news : NON, à leur majorité les enfants ne sont pas “lâchés” par l’Aide Sociale à l’Enfance et tous ceux qui le souhaitent peuvent bénéficier d’un accompagnement pour les aider à démarrer dans la vie. Cette sortie réussie des services de la protection de l’enfance est un vrai combat au quotidien pour briser “une fatalité sociale” qui fait qu’aujourd’hui en France, il faut six générations pour sortir de la pauvreté. 

 

Comment faire pour donner le plus de chance possible de réussite aux enfants confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance ?

4 contributions 8

Débat terminé
Frédérique ROMAN
user avatar
20 mars 2021 -18H11
Pour des enfants placés en situation d'handicap, il faut une prise en charge partenariale adaptée dont l'aspect thérapeutique et le soin ne sont pas assez pris en compte ou par manque de place dans les centres spécialisés. Suivant leur parcours de vie, ils ont besoin d'un cadre structurant et sécurisant. De plus, le manque de confiance en soi, le moindre changement ou incompréhension chez eux développent des angoisses, un sentiment d'insécurité. Ils peuvent alors rencontrer des difficultés à s'investir dans les apprentissages scolaires entre autres. Les familles d'accueil ont besoin d'être accompagnées par des professionnels pour répondre au mieux aux besoins de l'enfant et comprendre leurs limites pour ne pas se mettre en difficulté ainsi que le jeune.
0
D'ACCORD
Frédérique ROMAN voir sa fiche
10 avril 2021 -17H13
Il faudrait s'assurer que la personne soit complètement autonome dans la gestion du quotidien : emploi, budget et logement. Il pourrait avoir un référent permettant de l'accompagner dans son projet de vie et garder un lien pendant un laps de temps en cas de besoin.
1
AUTRE AVIS
Frédérique ROMAN voir sa fiche
10 avril 2021 -17H13
Il faudrait s'assurer que la personne soit complètement autonome dans la gestion du quotidien : emploi, budget et logement. Il pourrait avoir un référent permettant de l'accompagner dans son projet de vie et garder un lien pendant un laps de temps en cas de besoin.
1
Frédérique ROMAN
user avatar
10 avril 2021 -18H45
Il faudrait s'assurer que la personne soit complètement autonome dans la gestion du quotidien : emploi, budget et logement. Il pourrait avoir un référent permettant de l'accompagner dans son projet de vie et garder un lien pendant un laps de temps en cas de besoin.
5
Linda ROLLET
user avatar
16 mai 2021 -12H21
Les jeunes d'aujourd'hui sont les adultes de demain, priorité doit être faite aux enfants défavorisés et dans le besoin. Ne pas laisser les jeunes adultes seuls, il faut que le suivi perdure avec des bilans réguliers, avec un suivi global (professionnel financier, social,...)
1
Valou27
user avatar
23 mai 2021 -20H33
Le Département doit pouvoir recruter ou prendre en formation les jeunes placés quand ils arrivent à leur majorité.
1

Mes Outils de débat

Afficher en premier