Skip to content

Plateforme de participation citoyenne

Doit-on aider davantage les agriculteurs ?

L’Eure est avant tout un département rural et nos paysages sont largement façonnés par les agriculteurs qui ont besoin d’être soutenus. C’est pourquoi le dispositif départemental d’aide aux investissements à destination des agriculteurs a pu bénéficier à 320 agriculteurs.  Un schéma pour une agriculture pérenne a aussi été voté en février 2019 pour 5 ans (2019-2024) pour un montant de 6 M€. Il propose d’accélérer sur la mise en place de la consommation de productions locales en circuits-courts notamment en restauration collective (scolaire, EHPAD). 

 

Doit-on également aider les agriculteurs qui souhaitent diversifier leurs productions en créant une structure de transformation (conserverie, légumerie) ?  Faut-il réserver les aides financières du département aux agriculteurs qui travaillent dans une dynamique de développement durable ou (et) produisent du bio ? Compte tenu du réchauffement climatique, faut-il développer de nouvelles cultures locales (viticulture par exemple) ? 

3 contributions 3

Débat terminé
Stéphanie
user avatar
11 mars 2021 -17H08
Faut-il réserver les aides financières du département aux agriculteurs qui travaillent dans une dynamique de développement durable ou (et) produisent du bio ? Une telle idée ne peut être exécutée par des élus dotés de bon sens et de modération. Créer un tel clivage serait extrême, contre productif et SURTOUT totalement infondé. Au contraire, le message doit être passé : Les agriculteurs sont en perpétuelle transition et respectent rigoureusement les normes sanitaires françaises! Ce sont les premiers acteurs de l'écologie . L'agriculture conventionnelle a sa place dans notre département, elle est raisonnée et sûre. Les citoyens sont ensuite libres de leurs choix de consommation.
0
D'ACCORD
Michelle ROUSSEAU voir sa fiche
21 mai 2021 -18H38
OK pour soutenir et développer les petites exploitations qui prennent soin de la terre, respectent l'environnement et s'attachent à produire des fruits et légumes locaux sans pesticide. Une filière locale de formation adaptée permettrait de former les futurs jeunes exploitants à des techniques plus respectueuses de l'environnement.
3
PAS D'ACCORD
ANNIE nina voir sa fiche
12 mars 2021 -20H 21
au contraire il faut privilégier l'agriculture bio afin que les cantines puissent servir aux enfants des aliments sans pesticide et de la viande sans soja venant du Brésil. De plus il faut interdire dans les fermes de "1000 vaches" qui ne voient jamais le près comme le dossier sous le coude du préfet de l'Eure pour la ferme d'Houlbec Cocherel, qu'un investisseur Belge veut implanter, avec du lait qui partira tous les jours par camions pour la Belgique et des salariés "détachés"
3
Michelle ROUSSEAU voir sa fiche
21 mai 2021 -18H 38
OK pour soutenir et développer les petites exploitations qui prennent soin de la terre, respectent l'environnement et s'attachent à produire des fruits et légumes locaux sans pesticide. Une filière locale de formation adaptée permettrait de former les futurs jeunes exploitants à des techniques plus respectueuses de l'environnement.
3
13 mars 2021 -02H08
Oui pour tout soutien aux agriculteurs, car la question sanitaire me semble en jeu à travers la question environnementale. Je veux dire par là que si notre environnement se dégrade doucement par l'intensification de la production agricole, notre santé peut aussi en être affectée à long terme. J'imagine bien que les agriculteurs ont des droits sur leurs terres, et que ce qu'ils font est globalement légal. Mais certaines étendues exploitées sont tellement immenses et monotones, monospecifiques, dépourvues d'oiseaux et d'insectes, qu'on peut se demander si certaines exploitations respectent la vie, tout simplement. En France nous exportons les céréales, c'est bien, elles sont de qualité, c'est vrai, et le pain n'est pas trop cher. Mais moi qui ne suis pas (encore ?) riche, je suis prêt à payer le double pour ma farine et avoir en échange moitié moins de champs de céréales avec rien d'autre à entendre que le canon à corbeaux. D'autres sources de revenus, issues de la transformation des produits agricoles sur place, pourraient être intéressants pour une partie des agriculteurs. Chaleureuses salutations à tous les exploitants, grâce à qui nous mangeons, tout simplement.
0
Virginie
user avatar
17 mars 2021 -22H52
Soutenir l'agriculteur qui veut entrer en transition écologique : 5 ans difficiles financièrement...
0

Mes Outils de débat

Afficher en premier