Skip to content

Plateforme de participation citoyenne

Comment favoriser l’installation de jeunes médecins ?

Comme dans beaucoup d’autres départements ruraux, l’Eure souffre d’un manque de médecins généralistes comme spécialistes. Cela nuit à son attractivité, son image et, tout simplement à la qualité de vie et à la santé de ses habitants. La fin du numerus clausus, décidé par le Gouvernement, est une excellente nouvelle mais il faudra dix ans pour qu’elle produise ses effets. Les Eurois n’ont pas le temps d’attendre, c’est pourquoi le Département a adopté toute une série de mesures pour faciliter par tous les moyens l’accès aux soins en finançant par exemple, l’ouverture de maisons de santé pluridisciplinaire et des Pôles de santé libéraux ambulatoires (PSLA). 

Des actions sont aussi menées pour développer la télémédecine, faciliter l’arrivée de nouveaux praticiens en créant un accueil unique ou attirer des étudiants en médecine en fin de cursus. Ainsi, depuis 2018, 286 jeunes étudiants en médecine ont bénéficié d’une aide à la mobilité pour venir effectuer leurs stages dans des cabinets médicaux eurois, en espérant qu’ils décident finalement de s’installer

 

Pour remédier au manque de médecins pensez-vous que le Département devrait proposer aux jeunes Eurois qui font des études de médecine, le versement de bourses d’études spécifiques contre l’engagement de s’installer dans l’Eure pendant 5 ans ? 

9 contributions 23

Débat terminé
Gautier
user avatar
11 mars 2021 -11H25
On n'a pas assez de médecins et c'est très très compliqué d'avori des rendez-vous. Pour en faire venir plus je pense qu'il faudrait leur proposer une prime de bienvenue dans l'Eure
0
D'ACCORD
Samuel Cotard voir sa fiche
23 mars 2021 -13H37
Je ne pense pas que ce soit une question d'argent. Les sur-enchères de primes ne sont pas la solution. On attirera des médecins par l'attractivité et si l'état pouvait nous aider un peu par la loi, ce serait une excellente chose. On pourrait par exemple ne pas conventionner un médecin qui s'installerait dans une zone correctement pourvue (mais je suis un peu hors sujet là).
0
Angèle Delaplace voir sa fiche
25 mars 2021 -15H33
la téléconsultation est un outil complémentaire qu'il faut développer mais il faut aussi travailler sur l 'attractivité et faire également comme pour les infirmières : celles ci doivent 5 ans à la structure qui les a aider financièrement
4
THOMAS ELEXHAUSER voir sa fiche
16 mai 2021 -09H27
les maisons de santé sont la solution car à plusieurs ils peuvent créer une vraie médicale et maintenir dans le secteur rural des spécialités qui se perdent et se retrouvent que dans les grands villes !
1
PAS D'ACCORD
Samuel Cotard voir sa fiche
23 mars 2021 -13H 37
Je ne pense pas que ce soit une question d'argent. Les sur-enchères de primes ne sont pas la solution. On attirera des médecins par l'attractivité et si l'état pouvait nous aider un peu par la loi, ce serait une excellente chose. On pourrait par exemple ne pas conventionner un médecin qui s'installerait dans une zone correctement pourvue (mais je suis un peu hors sujet là).
1
AUTRE AVIS
Angèle Delaplace voir sa fiche
25 mars 2021 -15H33
la téléconsultation est un outil complémentaire qu'il faut développer mais il faut aussi travailler sur l 'attractivité et faire également comme pour les infirmières : celles ci doivent 5 ans à la structure qui les a aider financièrement
4
THOMAS ELEXHAUSER voir sa fiche
16 mai 2021 -09H27
les maisons de santé sont la solution car à plusieurs ils peuvent créer une vraie médicale et maintenir dans le secteur rural des spécialités qui se perdent et se retrouvent que dans les grands villes !
1
Sebastien Delhomme
user avatar
12 mars 2021 -21H25
La problématique posée, est posée à l'envers. Ce n'est pas le manque de médecins qui nuit à l'attractivité mais c'est le manque d'attractivité du département ou de certaines de ces villes qui défavorise l'installation de médecins et la fin du numérus clausus, d'ici que les effets se fassent sentir, il va falloir d'autres solutions. Le versement de prime contre études ne changera rien ou à la marge. Il faut rendre le territoire attractif pour ces professions. Les médecins ont des études longues et crée leur environnement familial, amical, dans les grandes villes où ils font leurs études. Villes où l'offre culturelle, et de loisirs est riche. La Santé est du domaine régalien de l'Etat, c'est par la loi qu'on pourra résoudre en règlementant les installations, et en faisant respecter un équilibre entre région, pas à travers des primes. Trop d'acteurs publiques veulent s'emparer du sujet, normal, les habitants en souffre. Trop de rapports sur les déserts médicaux sont restés, à l'état de rapport. Tout le monde veut des médecins, regions, département, avec aides à l'installation....mais toujours pas de médecins...
3
D'ACCORD
13 mars 2021 -18H25
C'est un excellent point. L'Eure ne fait pas rêver ces professions. Désert numérique, désert culturel, réseau routier pitoyable, autant d'élément qui ne poussent pas les médecins/infirmier/etc... à venir s'installer. Rendons le département attractif et proposons des maisons de santé pluridisciplinaires pour attirer les professionnels de santé.
5
Laurent Bastit voir sa fiche
23 avril 2021 -16H14
Tout à fait d’accord avec Sebastien DELHOMME. L’incitation financière ne répond pas totalement aux critères d’installation des nouvelles générations y compris médicales qui favorisent la qualité de vie et le bien-être au travail à d’autres considérations.
0
Sebastien Delhomme
user avatar
12 mars 2021 -21H29
Un autre point très important qui est lié au manque, puisque la mise en réseau ou en Pôle, même si elle améliore les conditions de travail des médecins, ont surtout pour objectif de pallier au manque, il faut à côté de ces structures, un effort considérable sur la mobilité, notamment des seniors. La télémedécine fait partie d'un panel d'outil pour lutter contre les déserts médicaux, mais seulement un parmi d'autres et n'est pas la Solution au problème du manque de médecin.
5
D'ACCORD
Samuel Cotard voir sa fiche
23 mars 2021 -13H31
La télémédecine doit être un service supplémentaire qui aurait encore plus de sens si elle était réalisée directement chez le patient et non pas dans des "cabinets" de télémédecine. Ça permettrait de retrouver partiellement les visites à domicile que les médecins ne peuvent plus faire mais qui sont un vrai besoin.
0
Samuel Cotard
user avatar
23 mars 2021 -13H31
La télémédecine doit être un service supplémentaire qui aurait encore plus de sens si elle était réalisée directement chez le patient et non pas dans des "cabinets" de télémédecine. Ça permettrait de retrouver partiellement les visites à domicile que les médecins ne peuvent plus faire mais qui sont un vrai besoin.
0
CAROLINE PICHOT
user avatar
23 mars 2021 -14H24
A ce jour, nous manquons extrêmement de médecins, de spécialistes … c'est une priorité avant tout … Pour attirer des médecins, c'est que la région leur offre des structures pour qu'ils puissent s'installer au plus vite … maison médicale,
1
Samuel Cotard
user avatar
29 mars 2021 -12H22
Il faut avoir un maillage de maisons médicales sur tout le territoire et créer des réseaux. Les nouveaux médecins veulent des structures, les maisons médicales doivent être plus que des bâtiments mais aussi et surtout être des structures de collaboration.
4
Frédérique ROMAN
user avatar
10 avril 2021 -20H27
Des bourses d’études contre l’engagement de s’installer dans l’Eure pendant 5 ans me semble une excellente idée !
0
Laurent Bastit
user avatar
23 avril 2021 -16H14
Tout à fait d’accord avec Sebastien DELHOMME. L’incitation financière ne répond pas totalement aux critères d’installation des nouvelles générations y compris médicales qui favorisent la qualité de vie et le bien-être au travail à d’autres considérations.
0
Michelle ROUSSEAU
user avatar
22 mai 2021 -10H46
Mes enfants réalisent des études de médecine. Il n'ont bénéficié d'aucune aide. Les allocations familiales se sont arrêtées au moment précis où ils en avaient besoin (20 ans). Le numerus clausus n'a pas augmenté sur notre territoire. Le niveau et la compétition sont plus difficiles d'années en années. Ils vivent un stress et des conditions indignes. Le taux de suicide est élevé chez les étudiants en médecine.
0

Mes Outils de débat

Afficher en premier