Skip to content

Plateforme de participation citoyenne

Comment améliorer l’aide aux personnes en situation de handicap ?

Pour les personnes en situation de handicap, le Département est un partenaire de premier plan.   C’est lui qui délivre notamment la Prestation de Compensation du Handicap qui est une aide personnalisée destinée à financer les besoins liés à la perte d’autonomie des personnes handicapées (toilettes, courses, habillement…).  

C’est la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) qui est “l’ordinateur central” du handicap dans l’Eure et gère près de 50 000 dossiers par an, quatre fois plus qu’il y a 10 ans. Parce que la communication a été améliorée sur les aides possibles, le nombre de bénéficiaires de la Prestation de Compensation du Handicap a augmenté de + 37 % sur la période 2015/2020. 

Face à ce phénomène, Les démarches administratives ont été simplifiées pour accélérer le traitement des dossiers, l’accueil téléphonique a été renforcé et le nombre d’agents chargé d’évaluer les dossiers a été augmenté. Cette réorganisation a permis de faire de la MDPH de l’Eure une référence, logique pour un Département qui a été labellisé “100% inclusif” en 2020.

Le Département a aussi récemment apporté son soutien à une association pour qu’une ressourcerie des matériels médicaux (fauteuils roulants, lits médicalisés…) soit créée à Evreux. Un concept vertueux qui permet de revendre à moindre coût des matériels qui ne sont plus utilisés chez les particuliers.

 

A votre avis, le Département en fait-il suffisamment pour aider les personnes en situation de handicap ? Quelles initiatives pourrait-il prendre ?  

17 contributions 48

Débat terminé
Pretty Power
user avatar
12 mars 2021 -21H07
Bonjour, On en fait jamais assez pour les personnes dans le besoin, elles seront toujours dépende de vous concernant les aides niveau aidant familial, financier, santé, matériel etc La MDPH est assez complète sauf pour les long délais et la tonne de papiers à fournir et il y a souvent trop d'interlocuteurs. Et il faut savoir qu'une personne handicapées a souvent les mêmes besoin qu'une personne âgées certaines aide se ressemblent ou besoins. Ce qui est assez idiot c'est qu'on doit souvent jongler entre la CAF, la MDPH et l'aide social de la commune. La PCH niveau aidant familial est assez problématique quand le couple est marié ou que la personne n'a pas besoin suffisament d'aide vital alors qu'elle ne peut rien faire sans son compagnon et qu'elle est pourtant sur chaise, pareil pour la AAH. D'ailleurs le site pour connaitre la date d'expiration des aides du Département par exemple Caf etc et assez mal fait, d'ailleurs y a aucune application correct pour handicapées en 2021. Et concernant le matériel médical c'est embêtant même si compréhensible les limites à ne pas dépasser, finalement on aura jamais le matériel qu'on a besoin si on mets pas la main à la poche.
1
D'ACCORD
florence muller voir sa fiche
13 mars 2021 -08H19
Aucune possibilité en temps qu,handicapée dans les logements sociaux, aucune offre proposée en rez de chaussée avec jardin, de plus pour se loger dans le privé vu les tarifs impossible donc de trouver un logement
1
Pierre Lacomblez voir sa fiche
13 mars 2021 -17H45
Communiquer avec les personnes - les informer régulièrement de leurs droits et des initiatives locales. Créer une newsletter en fonction du handicap pourrait être envisageable, et surtout dans un langage clair. Je suppose qu'en 2021, c'est possible! C'est déjà compliqué de gérer un handicap au quotidien, cela devient franchement insurmontable pour beaucoup si des démarches complexes se rajoutent ou si les réglementations changent.
4
dalhia PATRY voir sa fiche
23 mars 2021 -13H57
Il n'y arien à Louviers pour les jeunes handicapés quelles activités leur proposez vs aucunes
0
Karine MERLEN voir sa fiche
23 mars 2021 -14H35
Le handicap est encore trop souvent un sujet assimilé à la vieillesse et à la dépendance. Mais le handicap ce sont DES handicaps, permanents ou temporaires, de naissance ou pas, des accidents de la vie, des bébés, des enfants, des adultes, des parents et des familles. Il y a la MDPH27 qui tourne bien mieux que beaucoup de MDPH c'est vrai et merci sincèrement pour le travail accompli. MAIS il y a le reste... écoles, bibliothèques, trottoirs, parking, administrations, comme : est ce qu'un élu acceptera de passer 24h dans un fauteuil avec quelques courses à faire à Gisors pour se rendre compte?
2
PAS D'ACCORD
Karine MERLEN voir sa fiche
23 mars 2021 -14H 35
Le handicap est encore trop souvent un sujet assimilé à la vieillesse et à la dépendance. Mais le handicap ce sont DES handicaps, permanents ou temporaires, de naissance ou pas, des accidents de la vie, des bébés, des enfants, des adultes, des parents et des familles. Il y a la MDPH27 qui tourne bien mieux que beaucoup de MDPH c'est vrai et merci sincèrement pour le travail accompli. MAIS il y a le reste... écoles, bibliothèques, trottoirs, parking, administrations, comme : est ce qu'un élu acceptera de passer 24h dans un fauteuil avec quelques courses à faire à Gisors pour se rendre compte?
2
AUTRE AVIS
florence muller voir sa fiche
13 mars 2021 -08H19
Aucune possibilité en temps qu,handicapée dans les logements sociaux, aucune offre proposée en rez de chaussée avec jardin, de plus pour se loger dans le privé vu les tarifs impossible donc de trouver un logement
1
Virginie LM
user avatar
13 mars 2021 -00H32
La problématique des enfants porteurs de handicap est à mon avis pas encore assez prise en compte. En effet le premier soutien pour ces enfants est leurs parents. Dans la grande majorité des situations, l'un des parents diminue son temps de travail voir arrête toute activité afin de pouvoir s'occuper de son enfant et de l'accompagner dans les nombreux rendez-vous médicaux. Ses aidants familiaux ne sont pas assez soutenus et souffrent d'isolement, de précarité cet d'un manque de reconnaissance pour leur action. Des groupes de paroles peuvent leur permettre de trouver du soutien et de rompre l'isolement. Il peut être aussi intéressant de favoriser la création d'emplois adaptés aux obligations liées à l'accompagnement de leur enfant. La prise en compte du bien être des parents aidants entraîne l'amélioration des conditions de vie de l'enfant porteur de handicap ainsi que de toute sa famille.
14
Karine Foulon
user avatar
13 mars 2021 -13H23
Proposer des activités physiques aux personnes atteintes de handicap. Sous forme associative, en partenariat avec des salles de sport, des kinés, les piscines… Avoir un coach compétent pour faire « travailler » des personnes atteintes de pathologies articulaires, musculaires, de diabète… La sédentarité est un facteur aggravant de certaines maladies. Sur Evreux, à part la Musse, je n’ai pas trouvé de site proposant des ateliers sportifs pour personnes en ALD. Un réel manque car les cours « classiques » ne sont pas adaptés aux personnes souffrantes. Les salles de sport sont trop chères par rapport au temps passé sur place (une personne atteinte de pathologie articulaire par exemple, ne passera pas autant de temps qu’une personne en bonne santé !). La rééducation chez le kiné est primordiale mais après, c’est le lâcher dans la nature et l’abandon des exercices… Il faut que ça bouge ! Merci !
1
D'ACCORD
Pierre Lacomblez voir sa fiche
13 mars 2021 -17H48
Un petit label "handicap" serait le bienvenu pour repérer les clubs et activités adaptées. Les clubs sont en général partant pour accueillir des pathologies diverses et variées - mais leurs initiatives restent trop souvent dans l'ombre.
5
constance malgrain voir sa fiche
17 mars 2021 -19H14
Intégrer des représentants des associations de personnes handicapées dans les lieux de décision pour connaître leurs avis et leurs besoins. Dans les établissements scolaires, créer un lien avec les familles au delà simplement des réunions sur les résultats scolaires mais aussi être à l'écoute de l'enfant et sa famille.
2
Pierre Lacomblez
user avatar
13 mars 2021 -17H45
Communiquer avec les personnes - les informer régulièrement de leurs droits et des initiatives locales. Créer une newsletter en fonction du handicap pourrait être envisageable, et surtout dans un langage clair. Je suppose qu'en 2021, c'est possible! C'est déjà compliqué de gérer un handicap au quotidien, cela devient franchement insurmontable pour beaucoup si des démarches complexes se rajoutent ou si les réglementations changent.
4
D'ACCORD
Frédérique ROMAN voir sa fiche
26 mars 2021 -20H56
Le CLIC et la MAYA avait organisé dans chaque secteur du département des conférences permettant au public (aidants de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et apparentés) de découvrir tous les acteurs locaux avec de nombreux témoignages sur leur accompagnement avec les différents professionnels. Cette manifestation a permis au public de pouvoir poser des questions, de rencontrer d'autres aidants, d'avoir des adresses, de connaître aussi leurs droits entre autres. Le Département pourrait éventuellement avoir un projet similaire avec les personnes en situation d'handicap.
1
Frédérique ROMAN voir sa fiche
26 mars 2021 -22H06
Il faudrait déjà expliquer ce qu'est un handicap ! Mettre des mots, l'expliquer à travers différents supports (livres, vidéos, bandes dessinées pour les enfants) afin que les familles comprennent pourquoi cette personne peut rencontrer des difficultés dans leur quotidien.
0
Pierre Lacomblez
user avatar
13 mars 2021 -17H48
Un petit label "handicap" serait le bienvenu pour repérer les clubs et activités adaptées. Les clubs sont en général partant pour accueillir des pathologies diverses et variées - mais leurs initiatives restent trop souvent dans l'ombre.
5
Rachel VARIN
user avatar
13 mars 2021 -18H44
Bonjour, Étant moi même une personne handicapée (surdité bilatérale sévère avec distorsion majeure), je ne comprends pas comment se fait il que des aides financières ne soient pas allouées à toutes les personnes handicapées.. Un handicap, personne ne l'a voulu, on préférerait s'en passer... Je galère à avoir des appareils auditifs et sans ceux ci je suis bloquée pour trouver un emploi.. J'espère que ma demande sera entendue mais aussi pour les autres personnes handicapées !
8
D'ACCORD
Michael Blondet voir sa fiche
04 avril 2021 -09H08
Tout les handicapes ne se valent pas surdité vous marcher donc pas de gêne pour circulé . Les maladies mentales eux ont des problèmes , les personnes en mobilité réduite on des problèmes pour se loger et circuler. Y’a handicape et handicape il ne faut pas tout confondre. J’ai un doigt en moins je peux plus me curé le nez hop! J’suis handicapé j’dois touché l’argent. Faut arrêter deconné
2
PAS D'ACCORD
Michael Blondet voir sa fiche
04 avril 2021 -09H 08
Tout les handicapes ne se valent pas surdité vous marcher donc pas de gêne pour circulé . Les maladies mentales eux ont des problèmes , les personnes en mobilité réduite on des problèmes pour se loger et circuler. Y’a handicape et handicape il ne faut pas tout confondre. J’ai un doigt en moins je peux plus me curé le nez hop! J’suis handicapé j’dois touché l’argent. Faut arrêter deconné
2
Géraldine COTTIN
user avatar
15 mars 2021 -10H43
bonjour, en effet il y a beaucoup de chose à faire pour améliorer la mobilité des personnes handicapées. L'accès aux bâtiments communaux ou départementaux, par exemple dans ma commune impossible d'accéder à la mairie avec mon fauteuil, hors on n'a les même besoins que tous les administrés. L'accès aux trottoirs et aux commerces dans les petites communes rurales, il faut que le département aide la ruralité pour les accès. Les priorités sont toujours pour les grandes villes hors nous sommes un département rura l
1
constance malgrain
user avatar
17 mars 2021 -19H14
Intégrer des représentants des associations de personnes handicapées dans les lieux de décision pour connaître leurs avis et leurs besoins. Dans les établissements scolaires, créer un lien avec les familles au delà simplement des réunions sur les résultats scolaires mais aussi être à l'écoute de l'enfant et sa famille.
2
MARTINE FOUQUES
user avatar
23 mars 2021 -14H23
Bonjour, Il y a plusieurs aspects de la prise en charge du handicap : - celui des accès - celui des aides financières Pour les accès, les contraintes sont différentes pour les personnes à "mobilité réduite" de celles en "fauteuil". mais elles existent et ne sont pas facilités Pour les aides financières, quand le département vous dit vous êtes reconnue avez droit à l' APA mais cette aide ne vous sera pas versée (plafond dépassé...), encore une fois, certaines catégories de handicapées restent sur le bord du chemin avec tous ses problèmes.
3
Sandrine27
user avatar
23 mars 2021 -20H23
Même si de gros efforts ont été faits , il en reste à faire. J'ai un dossier en cours chez eux depuis le mois de juillet et la commission n'a toujours pas rendu son avis. C'est trop long quand on attend pour son avenir. Il faudrait des moyens supplémentaires. De plus les procédures sont complexes ... notamment la demande qui fait plusieurs pages. Et il faut repasser le dossier à chaque demande complémentaires . Et c'est reparti pour 3 mois minimum ! beaucoup trop long et décourageant pour beaucoup. Pour aider les personnes en situation de handicap, il faudrait aussi faire de la pédagogie et apprendre dès le plus jeune âge comment vivre et accepter les handicaps. Par contre, obliger les professionnels de santé à pouvoir accueillir des handicapés et parfois les pousser à partir en retraite plus tôt que prévu parce qu'ils ne peuvent pas, là je ne pense pas que ce soit un bon calcul. Il faudrait plus d'accompagnement dans ce sens
1
Frédérique ROMAN
user avatar
26 mars 2021 -22H06
Il faudrait déjà expliquer ce qu'est un handicap ! Mettre des mots, l'expliquer à travers différents supports (livres, vidéos, bandes dessinées pour les enfants) afin que les familles comprennent pourquoi cette personne peut rencontrer des difficultés dans leur quotidien.
0
Frédérique ROMAN
user avatar
28 mars 2021 -11H58
Au niveau scolaire, certains jeunes ayant une déficience légère sont orientés lorsqu'ils ont en moyenne 12 ans en établissements spécialisés. Les ESS pour les orientations professionnelles sont programmées à 14 ans. Au final, on constate que les élèves sont orientés majoritairement en IMPRO et accèdent difficilement au CFA directement. L'enfant ne peut pas acquérir un certain niveau et une autonomie en un laps de temps trop court. C'est comme si on demande à un jeune de niveau 6ème de passer son bac. Il devrait être dirigé vers les IME/ITEP dès l'âge de 10 ans si l'enfant présente des difficultés dans les apprentissages scolaires, en inscription sociale..... en ULIS.
2

Mes Outils de débat

Afficher en premier