Skip to content

Plateforme de participation citoyenne

Mobilité

Plus de travaux, plus de sécurité... Et plus de vélo !

Le réseau routier eurois a fait les frais de mesures d’économie pendant trop longtemps. Aussi, dès 2016, la nouvelle majorité départementale a décidé de consacrer 125M€ pour remettre le réseau à un bon niveau de confort et de sécurité.

Pour déterminer son plan d’intervention, le Département a choisi d’aller directement sur le terrain avec les élus locaux et les agents des routes pour décider ensemble des priorités : mieux desservir les bourgs et favoriser le désenclavement de certaines zones du territoire, investir pour faciliter la desserte des entreprises (ou pour favoriser leur maintien), créer des contournements pour soulager les riverains des centre-bourgs du trafic des poids-lourds en transit.

p18_mobilite2

De plus, une attention particulière a été portée sur l’entretien des ponts avec une campagne de travaux importante, notamment sur les grands ouvrages d’art qui enjambent la Seine.
La mobilité douce a aussi été priorisée avec une double visée sous-jacente : améliorer le cadre de vie des Eurois et l’offre touristique, en faisant de l’Eure une destination vélo.

p18_mobilite

Routes départementales : 125M€ pour rattraper le retard

 

Rien de pire que de faire des économies sur les routes puisqu’on considère qu’1 € investi en entretien, ce sont 10€ d’économies à moyen terme. Autrement dit, laisser une route se dégrader jusqu’à ce qu’elle nécessite des travaux lourds est toujours le plus mauvais calcul. Les économies d’hier nous coûtent cher aujourd’hui, puisque 125 M€ ont dû être mobilisés dès 2016 pour rattraper ce retard : 70 M€ pour entretenir les routes, 33 M€ pour les moderniser et 22 M€ pour sécuriser le réseau.

Des ponts mieux entretenus
Le Département n’a pas attendu les drames de Gênes et de Mirepoix-sur-Tarn pour contrôler ses ouvrages d’art et programmer leur rénovation. Des travaux d’ampleur et de sécurité ont été menés en 2018 sur le pont arc de Saint-Pierre-du-Vauvray (1,5 M€). En 2019, c’est le pont de Vernon qui a fait l’objet de plus de 2 M€ de travaux de gros entretien. Les ponts des Andelys et de Gaillon feront eux-aussi l’objet de lourds travaux dans le courant de cette année.

Le covoiturage enfin facilité
Le covoiturage est en plein essor et le Département, qui a le souci constant d’inscrire ses actions dans une dynamique de développement durable, accompagne ce mouvement depuis quelques années. Déjà huit aires de covoiturage ont été aménagées, notamment le long de l’axe A13 et trois autres sont en cours de réalisation. Un site www.covoiturage27.net a aussi été créé pour développer encore plus le transport partagé.

Mobilité douce : faire de l’Eure une “destination vélo” !
Les paysages de la Vallée de la Seine sont des sites à fort potentiel, mais encore économiquement sous-exploités. En décidant de créer une voie cyclable qui reliera Paris à la mer en longeant la Seine, l’Eure va se doter, sur 120 kilomètres, d’un nouvel axe touristique majeur : “La Seine à vélo”. Ce concept de « slow-tourisme », respectueux de l’environnement, va attirer et fixer des touristes sur l’axe-Seine. L’idée est clairement de faire une déclinaison moderne et connectée de la Loire à vélo, qui génère chaque année 30M€ de retombées pour l’économie locale.
Pour favoriser la mobilité douce pour les Eurois comme pour les touristes, un plan vélo routes/voies vertes doté de 60M€ vertes a aussi été enclenché. Maillé aux itinéraires déjà existants il devrait permettre, à horizon 2028, de cheminer à vélo sur 640 km dans tout le département.

Velo1

Retrouvez la discussion du moment

Comment rendre les routes euroises plus sûres ?